Esthétique

Dans la nécropole de Bura, les jarres cercueils ou urnes funéraires anthropomorphes en terre cuite ont été posées à l'envers sur le sol initial et ont été ensuite recouvertes par les vents, après le XIIIe siècle.

Les urnes funéraires sont généralement surmontées de têtes de statuettes anthropoïdes présentant une forme généralement anthropomorphe. Ainsi on distingue :

  • les vases longiformes ou tabulaires, de forme phallique, hauts de 70 à 80 centimètres et d'un diamètre de 10 à 30 centimètres, surmontés soit de statuettes complètes de personnage soit de cavalier monté. Ces vases servent de supports aux statuettes et forment parfois leur corps.
  • les vases hémisphériques, hauts de 20 à 40 cm et d'un diamètre de 10 à 30 cm, généralement surmontés de tête de statuettes.
  • les jarres semi ovoïdes hautes d'environ 50 à 70 cm et d'un diamètre de 40 à 60 cm supportant soit des statuettes complètes soit des têtes de statuettes.

L'expertise géologique révèle que la nécropole repose sur la dernière remobilisation éolienne de l'erg ancien, antérieure au IIe ou au IIIe siècle après J .C et qu'elle a été recouverte pendant la période relativement aride qui a débuté après le XIIIe siècle. La période d'utilisation se situerait donc entre le IIIe et le XIIIe siècle après J.C.

Les statuettes et autres objets du site archéologique de Bura font l'objet d'un intense trafic illicite. Le site est placé sur la liste rouge de l'ICOM.