505 - Petit homme en souffrance

Djenné

La technique de la sculpture, pour la céramique, entre autres, privilégie le plus souvent des lignes simples, droites, des positions un peu figées, un certain hiératisme, une espèce de solennité.
Les Djenné se sont ingéniés, au contraire, à créer des formes contrefaites, torses, vrillées, des corps malades se tordant de douleur, couverts de pustules ou de bubons, torturés. La statuaire Djenné est violente, d’une grande cruauté et d’un réalisme implacable.

L’on peut excepter les représentations des chefs de guerre ou de clan, de hiérarques, souvent à cheval, symbole de pouvoir. Là, ils ont l’air de poser, fiers et souverains. L’homme que nous regardons est littéralement en vrille. Est-il malade ? En crise ? Il nous est représenté carrément en convulsion. L’œuvre est dure et puissante malgré ses dimensions modestes. Picasso ne l'aurait pas reniée...

H. 15 cm x l. 14 cm x P. 13 cm
XIV-XVIIe siècles

» Nous contacter à propos de cette statue